Accueil
Itinéraire
Carte-trajet
La photo
Équipements
Récit-journal
Liens
Les photos



Nous écrire


MON JOURNAL DE VOYAGE.

JOURS 1 @ 5

Après plusieurs semaines de planifications et de préparations, nous sommes partis de Montréal en direction de Genève vendredi le 10 juillet 2009. Nous voulions arriver un peu à l’avance afin de nous remettre du voyage et du décalage horaire qui est de 6 heures. Après s’être reposé et avoir bien mangé samedi et dimanche à Chamonix, nous sommes prêts pour notre départ. Chamonix est un endroit fantastique et l’emplacement est vraiment spécial. Cette ville entourée de hauts sommets où il n’y a pas d’horizon, nous fait paraître tout petit.

JOUR 1 :
Lundi le 13 juillet, on se réveille après une mauvaise nuit de sommeil, probablement en raison du vin que l’on a bu le soir au souper, ou parce que l’on a trop mangé… Enfin, nos sacs sont préparés de la veille, nous prenons le petit déjeuner à notre hôtel, Le Faucigny. Nous nous rendons au terminus d’autobus pour 9.00h, car il faut se rendre à Les Houches, qui est à environ 8 km de Chamonix. Nous arrivons très tôt, il est 9.20h et le rendez-vous pour le départ est pour 10.30h. Nous avons pris celle de 9.00h parce que la suivante était trop tard pour arriver à l’heure. 
Les gens arrivent un à un. Nous rencontrons un couple de la banlieue de Paris, un couple de Poitier et un couple d’Italien qui viennent de Florence. Il est 10.30h et notre guide n’est toujours pas arrivé. Finalement, il est tout près de 11.00h, le guide et le mulet arrivent. Après les présentations et certaines explications, on procède à la pesé des sacs. Nous avions un sac plus pesant que l’autre. Nous avons dû transférer des effets de l’un à l’autre pour ne pas dépasser le poids maximum demandé. Ah oui, première chose dont nous n’avions pas été informé : Les sacs que nous avons apportés pour transporter nos choses, ne nous sont pas nécessaires. Nous avions acheté des sacs pour mettre nos 7 kg d’effets personnels pour être transporté par le mulet. La compagnie pour laquelle le guide travaille, fournis des sacs imperméables et très résistants, qui seront accrochés à un support qui est déposé sur le mulet… Si l’agence nous avait informé de ceci, nous n’aurions pas eu besoin de nous acheter des sacs pour contenir environ 7 kg de matériel! Nous en avions d’autres qui auraient fait l’affaire pour le transport en autobus jusqu’à Les Houches!! On était un peu frustré mettons.
Nous partons, il est 11.20h, et il fait chaud, environ 28-30C. Après 90 minutes de montée, sur une petite route de terre et parfois un peu à l’ombre par la forêt, mais presque toujours au soleil, nous arrêtons. Nous attendons toujours le couple de Parisiens pour la Xième fois depuis le début.  L’homme semble en difficulté. Il est toujours arrêté, ne veut ni boire ni manger. Il n’est visiblement pas en forme pour entreprendre 10 jours de randonnées. Finalement, ils nous rejoignent, et ils prennent la décision de rebrousser chemin. Lui il a le visage tout blanc et est déjà exténué; c’était la meilleure décision pour eux. Mais, je ne comprends pas encore, comment ils ont pu décider d’entreprendre cette randonnée sans avoir la forme requise pour le faire. Peut-être avait-il un problème de santé?
Après un excellent et copieux dîner au bord de la petite route, avec un  reblochon, tomates, pain et des abricots comme dessert, nous repartons.  Notre route est toujours en montée, et encore au soleil…Il faut boire beaucoup d’eau! Tout au long de cette étape - et je suis certain que ça sera de même pour toutes les autres étapes - les panoramas sont fantastiques. Mais aujourd’hui ce n’est que notre première journée!
Après 4.30h de marche, il est tout près de 17.00h et nous arrivons au Refuge du Miage qui est à une altitude de 1559 m. Un site incroyable, avec une superbe terrasse avec une vue sur le Dôme de Miage. Ce sera la première expérience en refuge pour nous. Tout est beau et propre, dortoir, toilettes et douches. Nous prenons place dans le dortoir, prenons notre douche, discutons un peu et attendons le souper qui sera à 19.00h. Le dortoir : 2 étages de lits où sont déposés 7 matelas en bas et 7 en haut. Ah oui j’oubliais, nos compagnons de voyage sont, de l’Italie : Elena et Carlo, de la France : Patricia et Yvon, Yves notre guide, français lui aussi et sans oublier Coco le mulet. 
Au menu : salade laitue-tomates, omelette aux patates et fromage, une assiette de fromage avec Tomme et Reblochon. Et pour le dessert, une pointe de tarte aux myrtilles, équivalent aux bleuets du Québec, avec de la crème fouettée. Wow! Un beau souper et sur la terrasse en plus.  La température est parfaite.
9.45h, nous sommes couchés dans nos draps d’auberge, les bouchons dans nos oreilles, tous cordés comme des lutins et prêt pour la nuit.

JOUR 2 :
Comme première expérience en refuge, j’ai passé une nuit pas si mal.  Je n’ai pas trop été dérangé par les autres.  Annie aussi a passé une bonne nuit. Il est 6.40h, on est levé et nous préparons nos sacs avant le petit déjeuner. Petit déjeuner typiquement français :  pain confiture et café. 7.45h et nous sommes sur le sentier, prêts pour notre journée de marche. Aujourd’hui il fait moins chaud. Nous avons passé près du village Les Contamines-Montjoie. Ensuite, nous avons visité une église à Notre Dame-de-la-Gorge, pendant une courte pause.  Nous avons traversé un pont et une voie Romaine datant de 2000 ans, traversé le col du Bonhomme 2329m et ensuite le col de La croix du Bonhomme pour arriver à notre refuge pour aujourd’hui. Le refuge se nomme le Refuge de la Croix du Bonhomme 2433m.  C’est un gros refuge dont la capacité est de 119 places. On nous explique que pour les douches il nous faut attendre 17.00h et là nous devons faire la file, car tout le monde a la même idée en même temps. Ici nous avons une chambre seul avec 2 lits superposés. Ce soir le souper est à 18.45h, au menu; soupe aux lentilles (excellente), bœuf bourguignon, la viande était très coriace (!!), polenta-fromage et un petit morceau de gâteau. À la blague, Yves nous a dit que la viande était du mulet récalcitrant. Nous sommes au lit, il est 21.00h.

JOUR 3 :
Levé à 6.45h et il pleut, et pas mal à par de cela. On se prépare et nous prenons le petit déjeuner. Pain avec du miel et café seul. Nous sommes prêts à partir il est 8.15h et il ne pleut plus. Ouf! Une bonne chance nous avons évité la pluie.  Ce refuge est vraiment bien situé, le paysage est superbe. Nous passons par le col des Fours 2665m en direction de la Ville-des-Glaciers. À cet endroit nous nous rendons dans une fromagerie d’alpage de Beaufort où nous visiterons les installations et Yves achètera du fromage pour nos prochains repas du midi. Un peu plus loin nous arrêterons au refuge des Motets pour dîner. Après cette pause, nous nous dirigeons vers l’Italie et le col de la Seigne 2516m. À partir de là, la vue sur la face sud du massif du Mont Blanc est imposante. Par un sentier, contournant les Pyramides Calcaires, que nous gagnons la moraine du glacier d’Estelette, où en bas de celle-ci se trouve notre refuge ou plutôt le refugio Elisabetta 2200m. Encore un superbe endroit et sympathique, mais tous les refuges sont à des endroits qui nous permettent de voir des paysages à couper le souffle. Ici nous avons une chambre seul et pas mal belle à par de cela. Nous avons payé un supplément pour ce voyage afin de pouvoir avoir une chambre seul lorsque c’est possible. Et durant ce trek, nous en aurons 5 nuits sur 9. Mais oui, c’est un petit luxe que l’on s’est offert. Car Annie avait peur d’avoir de la difficulté avec les nuits en dortoir, étant donné que c’était  la première expérience. Pour le souper, le refuge étant plus petit et qu’ils ne peuvent servir tout le monde en même temps lorsqu’il est très occupé, nous sommes du 2e service à 20.00h. Le refuge Elisabetta a une capacité maximum  de 77 places. Ici, les douches sont à jetons et avec un jeton nous avons 20 litres maximum d’eau tiède, sinon ensuite c’est l’eau froide. Moi  je n’ai pas utilisé toute mon eau tiède. En attendant le souper, nous avons mangé un peu de fromage qui restait de ce midi sur une table à l’extérieur et nous avons pris notre première bière, une Moretti. Au souper, soupe minestrone, longe de porc rôti, purée de pomme de terre, salade de tomates et une pêche dure au dessert...

JOUR 4 :
Au levé, vers 6.15h, je regarde le ciel, exactement ce dont je voulais : un ciel complètement bleu. Magnifique pour faire de belles photos. Premier petit déjeuner en Italie, bon café, céréales mais le pain n’est pas très bon, plutôt sec. Yves nous avait dit qu’en Italie il avait de la difficulté à trouver du bon pain. Mais je croyais que c’était un caprice ou du chauvinisme Français, mais les jours suivants vont prouver qu’il avait raison. Excuse-moi Yves d’avoir douté de ton affirmation sur ce sujet. La journée a été chaude 35C, nous avons eu en majorité un ciel complètement bleu et nous étions en plein soleil pour marcher. Nous passons le col de Chécrouit 1956m et  ensuite nous avons mangé notre dîner avant d’arriver à Courmayeur. Au menu : du fromage Serac, qui est très bon, salade d’haricots-tomates, du maquereau en conserve avec vinaigrette (très bon), pain et une pomme pour dessert.  Ensuite Yves nous a sorti un gâteau pain d’épice succulent.  Après dîner nous arrivons en plein centre-ville. Il fait tellement chaud et quand il fait chaud, rien de mieux qu’une bonne glace pour se rafraîchir. Et comme nous sommes en Italie le pays réputé pour ses glaces, nous arrêtons chez un marchant de glaces avant de faire la montée vers notre refuge. Merci Elena et Carlo qui nous ont offert si gentiment ces glaces à tous. La monté au refuge, 800m, se fait à l’ombre et par chance, car il fait chaud. Nous arrivons au refuge Bertone 1989m qui est encore un endroit superbe. Nous avons une belle  chambre que nous partagerons avec Elena et Carlo. Nous avons une superbe salle de toilette avec douche, très moderne et neuf. Dans la chambre il y a un lit double et 2 lits simples. Et en plus, nous avons des lits avec des draps. Après avoir pris notre douche, nous nous rendons sur la terrasse pour prendre une bonne bière froide. La bière est bonne, la vue est superbe et en bonne compagnie, la vie est belle. Le souper est à 19.00h, au menu :  des pâtes enfin, des penne, ensuite polenta-fromage, ragoût et celui-ci était pas mal bon;  fruits en conserve pour dessert. C’était pas mal bon. Aussitôt après avoir terminé de manger, nous nous dirigeons vers notre chambre. On annonce de l’orage pour la journée de demain, j’espère qu’on se trompe.

JOUR 5 :
Au levé, vers 6.15h, nous sommes dans le brouillard. Ce n’est pas rassurant pour la journée qui s’annonce. Petit déjeuner à 7.00h, nous avons les items standards, sauf qu’il y a des tranches de gâteaux et il est pas mal bon. Yves l’avait déjà repéré, et en avait déjà mangé quelques tranches avant notre arrivé. J’en mange plusieurs tranches. Et Yves voyant qu’il manque du pain me demande d’aller en chercher au comptoir. En fait il venait de me donner son truc pour manger du gâteau. Car près du comptoir il y avait un panier plein de tranches de gâteaux. Donc pendant que le serveur est allé me trancher du pain à la cuisine, je me gavais de ce délicieux gâteau. Yves venait de se découvrir un compagnon de bouffe et aussi un compétiteur. Nous partons vers 8.00h, ce sera une courte étape. Vers 9.00h, l’orage nous tombe dessus. Mais après avoir mis nos imperméables magiques et nos couvres-sacs, 15 minutes plus tard, l’orage est terminée. Mais pour la vue en balcon de la journée, ce n’est pas fameux. Avec ce brouillard et les nuages qui sont bas, nous n’avons pas grand chose à voir. Nous passons le magnifique refuge, Le Bonnati, et plus loin nous mangeons notre dîner. Après, on se dirige vers le refuge Elena 2054m. En bas de la dernière montée, Yves prends la route et nous, prenons le sentier. Car le sentier n’est pas praticable avec un mulet. Yvon et moi arrivons avant les autres, vers 16.00h. Tout de suite après que les autres soient arrivés, la pluie se met à tomber et là c’est pas mal fort. Nous avons une belle chambre seule. Après avoir pris notre douche et s’être installé, nous allons prendre une bière et discuter avec les autres. C’est un très beau refuge et la vue doit être belle par beau temps car il y a plein de glacier tout autour, mais actuellement ce n’est pas le cas. La météo annonce de la neige pour demain au-dessus de 2200m. J’espère qu’ils se trompent, mais il fait très froid à l’extérieure. Le souper est à 19.00h, au menu : Spaghetti sauce tomate et huile d’olive, petits pois, carottes et porc, c’était bon. Ensuite nous avons eu du fromage et pour dessert une pointe de tarte à la confiture de fraises avec pâte sablée, excellent. 
Yves nous propose d’essayer un breuvage typique au Val D’Aoste qui se boit avec un grand bol spécialement conçu pour cela, qui se nomme un Groll. C’est une boisson avec du café, grappa, liqueur, du sucre et écorce d'orange et de citron. Cette boisson se boit dans cet instrument qui a 6 trous et l’on doit se l’échanger entre amis, sans jamais le déposer. Moi je n’aime pas les liqueurs, donc je n’ai pas tellement apprécié.  Mais Annie a beaucoup aimé.
Nous sommes au lit, il est 9.00h, il pleut toujours.
 
 

<---PRÉCÉDENT SUITE--->

VOS COMMENTAIRES
 
 

Yvon Daigle

Textes, photos, conception et montage graphique réalisé par:Yvon Daigle© juillet 2009. Les randonnées de Annie et Yvon
Retour à la page précédente